Objectifs multiples

Alors que c’est désormais dans moins de quatre jours que sera donné le coup d’envoi de la 14e édition de la Transat Jacques Vabre, la pression monte doucement mais sûrement sur les pontons normands. En ce qui les concerne, Maxime Sorel et Guillaume Le Brec affichent cependant une certaine quiétude. Et pour cause, ces derniers mois, les deux co-skipper de V and B – Mayenne ont travaillé de manière acharnée pour optimiser et surtout à fiabiliser au mieux leur bateau. Leurs objectifs sont donc clairs sur les 4 350 milles du parcours entre Le Havre et Salvador de Bahia : parvenir à se hisser sur le podium des bateaux à dérives droites qui représentent la moitié de la flotte des IMOCA, finir avec une monture dans le meilleur état possible pour gagner en sérénité avant le Vendée Globe programmé l’année prochaine, puis engranger à la fois des milles et de l’expérience, toujours dans la perspective du tour du monde.



Cette fois, c’est la dernière ligne droite avant le grand départ de la Route du Café qui sera donné ce dimanche, à 13h15, en baie de Seine. Maxime Sorel et son co-skipper Guillaume Le Brec sont fin prêts. Impatients d’en découdre et bien décidés à tirer au mieux leur épingle du jeu, malgré une concurrence impitoyable, avec notamment tous les derniers nés de la classe dotés de foils dernière génération. « Je pars évidemment dans un état d’esprit différent de la dernière fois ou de la dernière Route du Rhum où mon objectif était clairement d’aller chercher la première place, mais je pars malgré tout le couteau entre les dents, et c’est pareil pour Guillaume. On sait qu’on a moyen de bien faire. On a énormément travaillé sur le bateau, à la fois en termes de performance et de fiabilisation. L’idée, c’est évidemment de valider tout ça et d’être sûr que tout fonctionne. Il est clair que si l’on arrivait à Salvador de Bahia avec un bateau ni abimé ni cassé, ce serait top car on pourrait aborder la suite plus sereinement, même si ce qu’on a déjà pu voir ces dernières semaines est positif et que l’on commence à connaître le bateau de plus en plus », explique le skipper du 60 pieds « dragon » qui sait déjà que cette 14e édition ne ressemblera pas aux deux autres auxquelles il a déjà participé en Class40, les deux fois avec succès puisqu’il a terminé  2e en 2015 avec Sam Manuard puis 2017 premier en 2017 avec Antoine Carpentier.

Finir avec un bateau en bon état et terminer sur le podium des bateaux à dérives

 « On va tâcher de mettre le curseur au bon endroit et de ne pas perdre de vue le Vendée Globe pour lequel cette Transat Jacques Vabre sera forcément un super entraînement. A deux, on va pouvoir davantage tirer sur la machine et essayer de mieux la comprendre sur un parcours dont le début est similaire à celui du tour du monde, avec le passage du Pot-au-Noir », ajoute le Cancalais qui part avec l’objectif avoué de finir sur le podium des bateaux à dérives droites. Objectif naturellement partagé par Guillaume Le Brec, son acolyte. « Si on navigue bien, on devrait pouvoir réussir le pari, mais la concurrence est rude et tout ne dépendra pas que de nous. On voit bien que parfois les choses ne tiennent qu’à un fil. Ce qui est arrivé à Fortil ce lundi (le bateau a pris feu et il est aujourd’hui dans l’incapacité de prendre le départ de la course, ndlr) en est un exemple, nous sommes d’ailleurs bien tristes pour eux. Certains bateaux qui ne sont pas équipés de foils, comme Banque Populaire notamment, peuvent aller titiller les premières places. Ils jouent dans la même cour que nous, et à la fois pas tout à fait. On va faire en sorte de régater à notre place et de naviguer proprement. Comme l’a répété Maxime, nous avons beaucoup bossé pour fiabiliser le bateau mais aussi beaucoup travaillé sur le plan de voiles pour faire la meilleure arme possible », souligne Guillaume qui, pour sa part, prend part pour la deuxième fois à l’épreuve après une première participation en 2013 qui s’était soldée par une cinquième place en IMOCA, au côté de Louis Burton.

Progresser encore et toujours en vue du Vendée Globe

« Je suis super content de partir avec Maxime cette année. C’est quelqu’un de très organisé, qui ne perd pas son temps. C’est très agréable de bosser avec lui. Pour ma part, j’essaie de lui transmettre tout ce dont je suis capable. J’ai travaillé dans différents teams IMOCA ces dernières années, et j’ai ainsi pu voir différents bateaux et différentes façons de faire. Cela me permet de lui apporter un œil extérieur et jouer un rôle de garde-fou en quelque-sorte, même si je n’ai pas les réponses à tout, loin de là. Cette Jacques Vabre va être sympa, c’est certain. Le parcours est complet et Maxime comme moi, on sait où on va. On a hâte d’y aller et de faire du mieux possible sportivement avec les moyens qu’on a », termine Guillaume Le Brec.




Photos libres de droits pour la presse et le web Jean-Marie Liot

Notre fiche presse Transat Jacques Vabre - Maxime Sorel et Guillaume Le Brec

Le programme de V and B - Mayenne

27 octobre 2019 : départ de la Transat Jacques Vabre, traversée de l’atlantique en double entre Le Havre et Salvador de Bahia Mai 2020 : The Transat, départ de Plymouth   Juin 2020 : New York / Vendée Septembre 2020 : Défi Azimut à Lorient 8 novembre 2020 : départ du Vendée Globe aux Sables d’OlonneMaxime Sorel, vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2017 avec Antoine Carpentier en Class40, vainqueur de la Rolex Fastnet Race 2017 en Class40, troisième de la Normandy Channel Race 2016 et 2017, deuxième de la Transat Jacques Vabre 2015 avec Sam Manuard, ingénieur en génie civil, né à Saint-Malo en 1986

https://www.maximesorel.com/


V and B C’est en Mayenne à Château-Gontier qu’est né le concept V and B en 2001.  A la fois  cave et bar, V and B est surtout un lieu de vie et d’échanges pour la communauté des « VandBistes ». Lieu dédié à la convivialité dans plus de 200 villes de France, V and B souhaite faire passer de bons moments à ses clients, autour de bons produits et en toute simplicité. L’engagement dans la voile auprès de Maxime Sorel incarne le projet d’entreprise autour de valeurs fortes comme l’audace, la détermination et le dépassement de soi.

Plus d’informations sur www.VandB.fr


La Mayenne

Porte de la Bretagne et du Grand Ouest, à 1h10 de Paris, terre d’innovation et d’excellence, la Mayenne est un département, authentique, patrimonial, qui brille par son dynamisme économique et son esprit entrepreneur. Terre de caractère et d’attachement, la Mayenne a su conserver ses valeurs de solidarité et de proximité qui fondent sa qualité de vie. Chez nous, on dit M comme Mayenne.

https://www.lamayenne.fr/


Vaincre la Mucoviscidose

Créée en 1965 par des parents de jeunes patients et des soignants, Vaincre la Mucoviscidose se consacre à l’accompagnement des malades et de leur famille dans chaque aspect de leur vie bouleversée par la maladie. L’association organise son action autour de quatre missions prioritaires : guérir, soigner, améliorer la qualité de vie, informer et sensibiliser. Maxime Sorel est parrain national de Vaincre la Mucoviscidose.

https://www.vaincrelamuco.org/


Sailing Together

Le Club Sailing Together a été créé en 2019 autour du tout nouveau projet Vendée Globe de Maxime Sorel. Il rassemble les acteurs qui œuvrent autour de l’IMOCA V and B - Mayenne pour vivre ensemble une aventure humaine et sportive autour du monde. Qu’ils soient partenaires, bénévoles ou encore sympathisants, ils sont tous animés par l’envie d’être au départ du Vendée Globe 2020-21.

https://www.sailingtogether.fr/


Contacts presse : Agence TB Press

Eleonore Villers 06 68 48 53 49

Tanguy Blondel 06 88 45 35 36 agence@tbpress.fr